Actualités

Partager sur :
09 septembre 2020
Education

[LE PORTRAIT DU RASSO] Jean-Baptiste Nouailhac, Directeur d'Espérance Ruralités

Vue 128 fois

Le RASSO : Jean-Baptiste, tu es directeur de la Fondation Espérance Ruralités, peux-tu nous présenter la Fondation et son collège-pilote de La Fère ?

Jean-Baptiste : Avec Hervé Catala, ancien scout également, nous avons fondé en septembre 2017 la Fondation Espérance Ruralités. Sa mission est de développer un modèle d’école adapté aux besoins des enfants de la France périphérique. Nous voulons lutter contre le déclassement social et culturel de ces enfants en leur transmettant une formation académique d'excellence, une éducation à la liberté et un enracinement. En septembre 2017, je me suis installé avec mon épouse et une équipe de 4 jeunes professeurs à la Fère en Picardie. Une ville de 3 000 habitants qui compte 50% de chômage des jeunes. Dans les locaux d’un ancien Lidl, nous avons ouvert le Cours Clovis, l’école-pilote de la Fondation Espérance Ruralités qui accueille cette année 45 élèves en classes de CP-CE1 et au collège.

 

Le RASSO : Tu es un ancien scout d’Europe de la Ière Saint Witz, raconte-nous un peu ton expérience scoute ?

Jean-Baptiste : J’ai été scout pendant 5 ans dans une toute petite troupe de 2 patrouilles dans un village de 2 000 habitants à la frontière de l’Oise et du Val d’Oise. C’était un scoutisme particulier car nous étions peu nombreux. Un scoutisme sans doute assez proche de celui de Baden-Powell. La plupart des gars de la troupe n’étaient pas des « enfants de bonnes familles ». Plusieurs d’entre eux étaient des garçons que nous avions croisé dans une sortie et à qui nous avions proposé de nous rejoindre. Lors de ma première année de CP, le CP de l’autre patrouille a reçu le sacrement du Baptême, en présence de toute la troupe. 

 

Le RASSO : Qu’as-tu retenu de ton expérience scoute ? Est-ce que cela a joué un rôle dans tes choix de vie et tes choix professionnels, notamment dans la fondation d’Espérance Ruralités ?

Jean-Baptiste : Je n’avais jamais fait le lien mais oui, peut-être que ce scoutisme-là n’est pas étranger à certains de mes choix ultérieurs. Peut-être qu’il m’a préservé d’un certain entre-soi que j’ai eu l’occasion de connaître ensuite comme assistant dans une troupe de l’Ouest parisien, où l’on a parfois le sentiment que l’idéal scout est réductible à un milieu social.

 

Le RASSO : Chômage, précarité, décrochage scolaire, les jeunes de la « France périphérique » sont souvent les oubliés de notre nation, quel projet avez-vous pour eux ? N’y a-t-il pas un lien entre votre mission et l’intuition de Baden-Powell à l’origine du scoutisme ?

Jean-Baptiste : Peut-être, dans une certaine mesure. Mais Baden-Powell s’adressait aux enfants de la rue. Le problème aujourd’hui c’est que les oubliés de notre nation, ce ne sont pas seulement les 10% de décrocheurs mais les 60% qui vivent en dehors des métropoles. Les enfants que récupéraient Baden-Powell étaient des délinquants, des désœuvrés. Ce n’est pas le cas de nos élèves. Ce sont juste des enfants de France à qui l’on ne donne pas ce qui leur revient de droit. Ce que nous faisons c’est leur donner accès à une éducation de qualité pour leur permettre de devenir des adultes libres et responsables.

"Nous voulons leur offrir l’exigence qu’ils ne rencontrent pas toujours dans le système classique. A la fois sur le plan scolaire et sur le plan éducatif. Nous voulons aussi leur donner confiance en eux en les aidant à s’enraciner dans l’amour de la France."

 

Le RASSO : Le 2e pilier du projet pédagogique d’Espérance Ruralités est « Prendre confiance en soi », avec pour objectif d’aider les jeunes à mieux se connaître, à les rassurer, les valoriser et les responsabiliser… on retrouve-là les fondamentaux de la pédagogie scoute, n’est-ce-pas ?!

Jean-Baptiste : Oh oui ! Et ça ne s’arrête pas là, nous avons élaboré une règle de vie des élèves du cours Clovis en 10 points qui vous rappellera peut-être quelques souvenirs... !

Art.1. L’élève du Cours Clovis croit en lui, il accepte ses faiblesses et cultive ses talents.

Art.2. L’élève du Cours Clovis fait toujours de son mieux, il travaille avec application et persévérance.

Art.3. L’élève du Cours Clovis est toujours prêt à rendre service, il engage sa responsabilité dans tout ce qu’il fait.

Art.4. L’élève du Cours Clovis est franc, on peut compter sur sa parole.

Art.5. L’élève du Cours Clovis ne fait pas aux autres ce qu’il n’aimerait pas qu’on lui fasse, il est respectueux des personnes dans ses paroles et ses actes.

Art.6. L’élève du Cours Clovis cherche à bâtir des amitiés vraies, il veut le bien de ses amis.

Art.7. L’élève du Cours Clovis est économe, il prend soin du matériel.

Art.8. L’élève du Cours Clovis garde le sourire en toute circonstance, il cherche d’abord à voir ce qui va bien.

Art.9. L’élève du Cours Clovis est fier de ses racines, il cherche à connaître son héritage pour le faire vivre et le transmettre.

Art.10. L’élève du Cours Clovis est curieux, il s’intéresse aux autres et à ce qui l’entoure. 

Le RASSO : En ce début d’année scolaire, quels sont les plus grands défis qui t’attendent ? Quel pourrait être l’apport de la communauté des anciens Guides et Scouts d’Europe pour t’aider dans ta mission ?

Jean-Baptiste : Deux grands défis nous attendent :
1)     Des motifs personnels obligeront notre institutrice de CP-CE1 à nous quitter en cours d’année, dès que nous aurons trouvé sa remplaçante. Si la communauté des anciens pouvait nous aider à trouver cette perle rare, cela nous rendrait un fier service ! Les personnes intéressées peuvent répondre à l'offre et envoyer leur CV à direction@coursclovis.org.
2)     Pour pouvoir nous lancer dans l’ouverture d’une deuxième école en 2021, nous devons d’abord sécuriser le financement de la scolarité des élèves du cours Clovis. Pour ce faire nous avons mis en place un système de parrainage. La moitié de notre budget est financé par des partenariats avec des entreprises et des fondations. Pour le reste, si 10 personnes donnent chacune 25€ par mois, elles apportent ensemble la somme qu’il nous reste à financer pour un enfant. 10 parrains pour un avenir !

La communauté des anciens pourrait nous apporter une aide très précieuse en parrainant nos élèves, en suivant ce lien : https://donner.esperanceruralites.org/b/mon-don. Nous sommes toujours à la recherche de bénévoles pour :
-        Nous aider dans la collecte de fonds
-        Nous faire profiter de leurs talents en matière de communication (graphisme, web marketing etc.)
-        Porter des projets d’écoles Espérance Ruralités dans leurs territoires
Si certains sont intéressés, qu’ils n’hésitent pas à me contacter : jb.nouailhac@esperanceruralites.org

Merci !

Fraternel salut scout,

Jean-Baptiste Nouailhac

 

Crédit Photo : Louis Jamin

 



1 Commentaire

Rodolphe DUMOUCH
Il y a 1 mois
Je suis aussi engagé dans l'enseignement, dans la France périphérique et dans le monde rural, mais via l'enseignement public.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.