Actualités

Partager sur :
26 mars 2021
Education

[QUESTION ÉDUCATION] Comment éduquer à la charité ?

Vue 393 fois

Sur le chemin de quarante pas qui nous prépare aux fêtes pascales, l’Église nous invite à vivre davantage de la charité. On peut certes verser notre denier du culte ou donner 10% de nos revenus à des œuvres caritatives, mais comment aider les enfants à grandir dans la pratique quotidienne de la charité. Voilà un sujet essentiel pour répondre aux exigences de l’éducation intégrale.

Comme en toute chose il est bon de commencer par définir les termes. De quoi s’agit ? La charité est une vertu théologale avec la foi et l’espérance. « La charité est la vertu théologale par laquelle nous aimons Dieu par-dessus toute chose pour Lui-même, et notre prochain comme nous-mêmes pour l’amour de Dieu.[1] » On comprend alors que cette vertu est celle qui demeure, celle dont nous vivrons éternellement en Dieu. Et nous sommes appelés, par grâce, à en vivre en ce monde pour étendre le royaume de Dieu dès aujourd’hui là où nous sommes.

Comment donner le goût de la charité dans l’éducation d’un enfant ?

Il s’agit de faire grandir dans leur cœur un grand amour pour le Bon Dieu et de tourner leur regard vers le bien de leur prochain avant qu’il s’inquiète du leur. Même si charité bien ordonnée commence par soi-même, il est bon d’aider un enfant à sortir de sa tendance autocentrée. Ce regard préférentiel pour le bonheur des autres est rarement spontané chez l’enfant. Il peut arriver que certains enfants se tournent naturellement vers les autres et dans ce cas il s’agit de les aider à le réaliser dans la foi au nom de l’amour de Dieu. Mais quand ce n’est pas une tendance naturelle, alors il convient de les solliciter pour réaliser des petites actions quotidiennes pour leurs amis ou pour les membres de la famille. Et plus cela est difficile pour un enfant et plus vous pourrez nourrir en lui le chemin d’effort par lequel il aura besoin d’une motivation supérieure à l’altruisme. En effet, puisque la charité c’est l’amour du prochain par amour de Dieu, alors la générosité que vous cherchez à développer dans le cœur de votre enfant doit trouver sa motivation profonde dans l’amour de Dieu. On découvre ainsi que pour faire grandir la charité il faut s’appuyer sur la foi et sur l’espérance. Les trois vertus théologales sont comme trois poupées russes qui s’emboitent l’une dans l’autre, au cœur se trouve la foi, le plus petite qui irradie les autres, puis l’espérance, cette petite fille espérance comme disait Péguy[2], et enfin la charité dont saint Paul dit que sans elle nous ne sommes qu’une cymbale qui retentit[3].

De manière plus simple et concrète vous pouvez tout simplement offrir à vos enfants ce petit bracelet sur lequel est inscrit QFJAMP, « Que ferait Jésus à ma place ? » En lui posant souvent cette douce question, dès sa plus tendre enfance, vous développez en lui le désir de conformer sa vie à celle du Christ. Non pas à vivre sous le regard d’un juge sévère mais à suivre le chemin du bien, du beau et du vrai. Quand il râle pour rendre un service, pour aller voir sa grand-mère, pour réaliser sa bonne action quotidienne ou tout simplement pour accomplir son devoir d’état, comme son travail de classe, il est bon d’éveiller sa foi en lui proposant de suivre l’attitude de Jésus qui fut obéissant à son père du Ciel comme à celui de la terre. Pour cela il est bon d’alimenter son imagination par le récit de la vie du Christ ou la vie des saints pour qu’il recherche toujours le chemin qui plaît à Dieu pour des exemples de vies réelles.

Pour conclure ces quelques idées, l’exercice de la charité à l’égard des autres, et des plus proches en priorité, peut découler dans le cœur d’un enfant de cette belle prière de la Vénérable Marthe Robin : « Mon Adorable Jésus, que tous ceux qui m’approchent, me quittent consolés quand ils pleurent, relevés quand ils sont accablés, heureux pour des jours par le souvenir d’une parole, d’un regard, d’un sourire[4]. »

 
Auteur de "La Voie de l'éducation intégrale"
 
[1] Catéchisme de l’Église catholique n° 1822
[2] Péguy, Le Porche de la deuxième vertu, Œuvres poétiques, La Pléiade page 535
[3] Première Épître de saint Paul aux Corinthiens, 13 – 1-13
[4] Journal de Marthe Robin, 12 avril 1930



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.