Actualités

Partager sur :
08 juillet 2020
Vie familiale

Le confinement : la famille vécue comme Église domestique

Vue 74 fois

Et si un des fruits du temps de confinement était de redécouvrir la famille comme Église domestique ? Cette notion, mise en avant à l’occasion du Concile Vatican II, nous invite à mettre en lumière toute la richesse de cette réalité. C'est à cette occasion que l'on se rend compte que la famille entre pleinement dans le plan de Dieu.

La famille comme plan de Dieu

Comme le rappelle Benoît XVI dans son intervention au congrès mondial des familles : ”la famille est le lieu privilégié où toute personne apprend à donner et à recevoir de l'amour. [...] Pour y parvenir, elle reçoit l’aide abondante de Dieu dans le sacrement du mariage. Le Pape a rappelé le rôle fondamental de la famille comme “institution intermédiaire entre l'individu et la société et rien ne peut la remplacer totalement, elle s'appuie elle-même par-dessus tout sur une relation interpersonnelle profonde entre l'époux et l'épouse soutenu par l'affection et la compréhension mutuelle.”

Nos familles sont en effet « comme des Églises domestiques ». Chacun des membres, selon son rôle propre, exerce le sacerdoce baptismal et contribue à faire de la famille une communauté de grâces et de prière, une école de vertus humaines et chrétiennes. C’est aussi le lieu de la première annonce de la Foi aux enfants comme nous le rappelle le catéchisme CEC N°350 et 460, valorisant ainsi le rôle primordial des parents et des familles.

Être comme une église à la maison, c'est placer au centre la prière, les sacrements et vivre une relation personnelle au Christ. Ainsi en travaillant cette relation personnelle à Dieu, loin de nous couper des autres, celle-ci sera source de communion dans la famille.

D'ailleurs, les familles sont appelées à vivre une qualité d'amour particulière puisque le Seigneur est Celui qui se porte garant de cet amour. La Foi et l'éthique chrétienne ne prétendent pas étouffer l'amour mais le rendent plus fort et plus authentique.

Que nos familles soient à l'image de la Sainte Famille de Nazareth qui a vécu pendant 30 ans, dans le silence et la discrétion, une vie tout à fait ordinaire. C'est là que nous pouvons redécouvrir que nous sommes coopérateurs de Dieu en valorisant les tâches simples du quotidien.

 

Et concrètement que faire ?

L’analogie avec l’Église permet de mobiliser notre imagination pour vivre ce que nous propose le Christ.

Nos familles sont faites pour donner aux enfants des occasions de faire fructifier leurs talents. Une des tâches les plus importantes de la famille consiste à former des personnes libres et responsables, avec comme principe de vivre avec joie et enthousiasme, malgré les difficultés, sans se refermer sur nous-mêmes. Ainsi, la famille sera véritablement une école du don pour grandir jusqu'à habiter pleinement notre Humanité.

Au quotidien, cela commence par être simplement présent. On peut être saisi par la beauté, l’éclat ou intelligence d’un enfant, par un geste d'amour simple et l’exprimer. C'est aussi une attention portée à cultiver un sens aigu de la singularité de chacun.

Ensuite, cela s'exprime également dans la fidélité des tâches répétitives accomplies jour après jour, avec humilité et tendresse, dans la vie commune, lieu par excellence de l'apprentissage et de l'exercice de l'amour. Le sanctuaire de l'Église domestique, c'est donc la vie de famille elle-même.

Poser de solides fondations pour nos Églises domestiques.

En tout premier lieu, placer la Foi en Dieu et l'amour des autres. Vivre des principes essentiels : le partage, le respect, l'écoute mais aussi la droiture, le dialogue fécond entre chaque membre de la famille et particulièrement entre les époux (devoir de s'asseoir). C'est également instaurer un climat de sérénité, en étant simplement des parents aimants, en offrant des conditions favorables à une proximité entre frères et sœurs, et une bienveillance à toute épreuve.

Un des principes chrétiens que l'on peut exercer au quotidien dans une Église domestique c'est de s'accepter chacun, avec ses qualités propres et les talents que Dieu a mis en nous. Que nul ne soit regardé ou jugé en fonction de ses réussites familiales. Ce n’est pas au nombre d’enfants ou au niveau de salaire qu’il faut juger, mais à la qualité de la charité véritablement vécue.

Par analogie avec la grande Église, nos églises domestiques familiales peuvent proposer des rites propres (fêter les dates de baptême par exemple), pouvoir vivre des temps où reconnaître humblement ses fautes et exercer la correction fraternelle pour vivre des relations en vérité. L’Église domestique est également le premier lieu où s’exercent les vertus (prudence, justice, force, tempérance). C’est en faisant preuve d'exemplarité que les parents transmettront aux enfants de bons réflexes.

La communion des Saints peut-être également l’occasion de manifester cette analogie avec l’Église. On peut ajouter, par exemple, dans le coin prière les photos des membres de la famille décédés. La prière du soir est l’occasion d’avoir une pensée particulière pour nos ancêtres et, pourquoi pas, pour nos Saints Patrons (avec une image de chacun d’eux dans le coin prière).

 

La famille, une école d'ouverture au monde

Enfin, la famille est aussi une école d'ouverture au monde, d’où puisse rayonner la charité du Christ. C'est là que l’on fait le premier apprentissage de l'ouverture d'esprit, du respect des autres. Des familles ouvertes inviteront à la rencontre de l'autre. Nul besoin de courir le monde. Accueillons ce que nous sommes, là où nous sommes. Nos lieus naturels sont aussi nos lieux d'action, là où le bon Dieu nous a placé pour évangéliser. En tant que chrétien, nous nous devons de faire vivre nos paroisses, mais aussi notre rue, notre quartier, en aidant ceux qui sont dans l’épreuve. Ainsi nos familles montreront que l'amour porte du fruit et que loin d'enfermer, la famille, vécue comme Eglise domestique, vivifie la relation aux autres.

Le dynamisme essentiel de l'Église domestique est donné par la force de la relation personnelle que chaque membre de la famille peut avoir avec le Christ. Force est de constater que la famille est aujourd’hui attaquée. En vivant pleinement les vertus dans nos Églises domestiques, on s'oppose à un hédonisme très répandu banalisant les relations humaines et les vidant de leur valeur et de leur beauté authentique. “Proclamer la vérité intégrale de la famille, fondée sur le mariage comme église domestique et sanctuaire de la vie est une grande responsabilité pour tous.[1]”

Alors faisons vivre nos Églises domestiques telle que cette religieuse en témoignait : “Je suis née dans une famille non pas modèle mais où le bon Dieu Jésus, la Sainte Vierge ….était de la famille”.

Pour aller plus loin :

-        FAMILIARIS CONSORTIO

 

10 idées à mettre en pratique :
-  Faire un panneau avec les portraits des personnes (vivantes et décédées) de la famille pour exprimer la Communion des Saints
-  Bénédiction spécifique du père de famille pour chaque enfant le dimanche soir
-  Fêter le saint patron familial en invitant les voisins à un repas festif
-  Fêter dignement les fêtes de saint patron et/ou les dates de baptême en faisant participer les enfants à des recettes gastronomiques (gâteaux de la Saint Joseph)
-  Consécration familiale au Sacré-Cœur en juin
-  Bénédiction des maisons (occasion de fête avec les voisins)
-  Célébrer l'anniversaire de mariage pouvant être l’occasion d’un renouvellement des promesses du mariage.
-  Dresser un autel familial au cœur du foyer (à St Joseph en Mars, à la Vierge Marie en mai, au Sacré-Cœur en juin…)
-  Prendre un temps de louange en famille une fois par semaine
-  Réciter les offices liturgiques (laudes, vêpres, complies) en union avec l'Eglise universelle


[1] discours de Benoît XVI devant les familles, à Valence le 8 juillet 2006

 

Par Arnaud d'Abzac



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.