Actualités

Partager sur :
05 septembre 2021
Le mot du Padre

Revenir aux fondamentaux ! Le mot du Padre par le Père Jean-Baptiste Perche

Vue 34 fois

              Ne faut-il pas savoir de temps à autres nous replonger dans les expériences fondatrices qui constituent le cœur d’une vocation ? Dans le sport par exemple, il n’est pas rare que toute séance doive commencer par la mise en œuvre des mouvements appris dès la première initiation. Dans le monde professionnel, ce sera un séminaire de travail qui pourra aider par l’étude et l’échange avec des pairs à mettre en question la raison d’être d’une profession comme on l’aurait fait lors d’une première année d’étude. Et comme pour apporter une touche personnelle et scoute à ce tableau, je remarque que je n’ai pas rechigné cet été à aider des guides pour leur table à feu, ni à m’assoir par terre dans la nature, entouré de louveteaux sans me demander préalablement si je n’allais pas me salir… alors que j’estime pourtant avoir quelques camps à mon actif.

Il est si bienfaisant de revenir aux fondamentaux !

Et si vous prenez le temps d’y réfléchir, il y a dans cette pratique quelque chose de noble et sain à la fois: se soumettre humblement à une épreuve de vérité en repassant par les chemins qui m’ont façonné et ainsi remettre en jeu mon titre et mon mérite, dans le passé glorieusement acquis, pour redonner du souffle à un « oui » intérieur ; ce « oui » qui n’est jamais vraiment mort mais qui peut aussi devenir poussiéreux avec le temps.

              Dans lexercice de notre vie chrétienne, à linstar d’une profession ou dun sport, il convient souvent dopérer un tri salutaire pour revenir à lessentiel, « à la base » comme on dit familièrement. A une différence près tout de même, car pour ce qui concerne la vie baptismale, la base serait plutôt constituée par ce que Dieu a voulu me donner en premier. Eh oui, dans ce domaine, si j’ose dire, il ne faut pas oublier que tout a commencé avec Lui, Son désir de me créer et celui de me sauver du péché en m’élevant jusqu’à Lui dans le « Oui » de Son Fils Jésus. Tout est presque déséquilibré car dans la vie éternelle, c’est Dieu qui procure l’essentiel à partir d’un petit consentement continu de ma part. Dès lors, l’expérience fondamentale à refaire serait plutôt celle d’accepter d’avoir tout reçu de Lui et d’apprendre jour après jours à tout recevoir de Sa main. Et, plus que de l’humilité nécessaire à celui qui veut refaire ses classes pour être éprouvé, le fondamental de la foi est en fait une expérience fondatrice du consentement à la pauvreté permanente qui permet de faire alliance avec Dieu. Je sais si je suis un bon chrétien quand j’aime la pauvreté ; quand j’accepte l’austérité et la dépendance au Seigneur qu’elle signifie pour moi-même et pour les autres ici-bas ; quand je l’accepte encore pour ce qu’elle est et parce qu’elle est la porte d’entrée intérieure nécessaire et indépassable du Royaume que le Christ.

              Dans l’évangile de ce dimanche, Jésus regarde la misère et la pauvreté venir à Lui lorsqu’on lui amène un sourd-muet pour qu’il le guérisse (Mc 7, 31-37). Il le libère de sa peine à cause de sa foi et celle des autres gens qui l’accompagnent, voilà une vraie pauvreté qui vient fléchir le cœur de Dieu ! L’épître de saint Jacques vient merveilleusement préparer nos cœurs à contempler ce miracle fait à cause de la pauvreté des cœurs quand il exhorte les croyants de sa communauté à mieux traiter les gens pauvres au moment de l’assemblée eucharistique (Jc 2, 1-5). C’est bien de cette sorte que peut s’exercer les fondations du croyant, quand il met - physiquement ! - les pauvres à la première place pour rester pauvre lui-même et continuer ainsi à tout accueillir de Dieu dans Son Esprit. Nous entendons souvent que Dieu s’est rendu visible dans les pauvres ; c’est parce que l’amour et le soin qui nous attire à eux nous situent d’emblée face à Lui. Que l’Esprit Saint nous aide à toujours nous rappeler l’heureuse sobriété et le dénuement joyeux de la route, du camp et du feu afin de rendre nos cœurs propices à l’écoute de tous les appels qu’Il nous adresse à travers eux !

 

Belle rentrée à tous ! 

 
 
Par le Père Jean-Baptiste Perche
Vicaire à Saint Cloud et Père à la Maison St Jean-Baptiste à Versailles, ancien Conseiller Religieux
 



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer une actualité