Actualités

Partager sur :

Bérengère de Charentenay, conseillère conjugale et familiale
Conseillère conjugale et familiale au cabinet Raphaël

04 février 2022 Actualités

Le RASSO : Qui es-tu Bérengère ?
Bérengère de Charentenay, je suis mariée avec Guillaume depuis 2003 et nous avons 4 enfants. Nous avons fait le choix de vivre en Bretagne depuis 2020 car nous avons décidé de choisir notre vie et vivre notre rêve.
Je suis assistante sociale depuis 2000 et je me suis formée au Conseil Conjugal et Familial que j’exerce depuis 2014.
Le scoutisme a bercé toute ma jeunesse de louvette à Akela. C’est aussi un point qui nous a réunis avec Guillaume et qui est fondateur de notre couple, puis de notre famille à travers l’éducation que nous avons voulu transmettre à nos enfants.
 
Le RASSO : Tu es conseillère conjugale et familiale au sein du Cabinet Raphaël, quel est ton rôle auprès des couples, des familles ou des personnes seules ?
Nous accueillons effectivement des personnes seules ou en couple, parfois des familles, qui rencontrent des difficultés relationnelles et qui ressentent la nécessité de faire appel à une tierce personne pour comprendre ce qui se joue dans leurs relations et ainsi permettre de dénouer les problèmes. Un désaccord n’est pas un désamour mais nécessite de se dire nos différences, un peu comme si on dessinait un 9 entre 2 personnes, l’une le verrait comme un 9 et l’autre comme un 6, aucune n’a tort ou raison mais les réalités sont simplement différentes. Mon rôle est d’inviter les personnes à s’écouter pour faire se rejoindre les 2 réalités afin de former un 8.
Le travail peut aussi se faire en individuel car chaque personne arrive dans une relation avec son histoire, un bagage, qui peut interférer dans ses relations aux autres. Grâce à un travail d’écoute active, j’aide ces personnes à identifier les "cailloux dans leurs chaussures" et à prendre du recul pour trouver le moyen de s’en débarrasser.
 
Le RASSO : L’accompagnement des couples et des familles, une façon de « servir son prochain » ?
« S’il plaît à Dieu toujours ». Dans mon parcours professionnel, cette phrase a toujours raisonné. Je me suis sentie appelée à être au service des personnes démunies, tant matériellement que psychiquement. Après ma formation d’assistante sociale, je suis partie 1 an en mission humanitaire avec Enfants du Mekong pour gagner en maturité avant d’entrer dans la vie professionnelle. J’ai exercé 15 ans comme assistante sociale avant de me sentir appelée auprès des familles comme conseillère conjugale et familiale. 
J’ai choisi d’exercer mon métier avec le cabinet Raphaël, association qui rassemble des professionnels chrétiens. Notre fondatrice Nadine Grandjean avait fait le constat que les couples avaient besoin de professionnels formés pour être accompagnés.
« S’il plaît à Dieu toujours ». Dans mon parcours professionnel cette phrase à toujours raisonné. 
 
 
Le RASSO : Tu as co-signé « Couple, se comprendre pour mieux s’aimer » avec Mathilde de Robien, encore un cadeau inattendu du confinement ?! 
Dans le scoutisme, on apprend à prendre la vie comme elle vient : on avait prévu un repas sur le feu qui devait mijoter, il pleut, on s’adapte, on fait autrement et on se réjouit ! Cela fait place à la créativité. Durant le confinement, nous (les conseillères du Cabinet Raphaël) ne pouvions plus recevoir physiquement, nous avons proposé des entretiens en visio aux couples, mais pour certains ce n’était pas possible. Nous avons alors proposé des vidéos pour soutenir les personnes. Mathilde de Robien, ancienne guide d’Europe à Valence et journaliste à Aleteia, a repris mes capsules vidéos dans des articles. J’ai beaucoup aimé sa plume et lui ai parlé de mon projet d’écrire un livre. Je n’ai pas le don de l’écriture et j’ai vécu cette expérience un peu comme dans le scoutisme où chacun, selon ses dons, se met au service du groupe ….. « la force du clan, c’est le loup ; la force du loup, c’est le clan ». Nous avons écrit ce livre afin qu’il permette à chaque couple de préserver des moments de qualité pour échanger. Que l’on soit un peu en crise ou paisible, il est bon d’aborder ensemble ce qui nous anime. On voulait s’adresser aux couples de manière concrète et pratique. Il y a 16 chapitres sur différentes thématiques : éducation, adolescence, argent, sexualité, belle-famille ...
Faire une démarche d’accompagnement en conseil conjugal n’est pas toujours évident, cela demande beaucoup d’humilité. Ce livre peut permettre de faire un premier pas.
 
Faire une démarche d’accompagnement en conseil conjugal n’est pas toujours évident, cela demande beaucoup d’humilité. Ce livre peut permettre de faire un premier pas.
 
Le RASSO : Tu organises également des sessions de formation pour les prêtres, les séminaristes, les éducateurs. Quel est le rôle de ces formations ?
Au cabinet Raphaël, nous intervenons à plusieurs professionnels. Comme dans le scoutisme, nous sommes complémentaires les unes les autres. Nous proposons des temps de formation humaine centrés sur la connaissance de soi et la façon d’être en lien avec les autres, pour que chacun puisse avoir une posture d’éducateur ajustée. Nous sommes convaincues que mieux se connaître permet de mieux transmettre. Comme dans une patrouille, chacun a une place essentielle.
Lorsque nous travaillons avec un groupe, la réflexion de l’un va enrichir celle de l’autre, une expérimentation va permettre de s’approprier la théorie. La pédagogie passe par le jeu dans le scoutisme, cela inspire beaucoup mes formations. Elles sont au final très ancrées dans les 5 buts du scoutisme et visent l’unité de vie avec un alignement de l’âme, de l’intelligence, du corps et du cœur.
Nous proposons également des formations sur des thématiques spécifiques (éducation affective des jeunes, sexualité à l’âge adulte, comment éduquer les jeunes à l’amitié saine, etc.) qui permettent aux participants de réfléchir sur leur posture d’éducateur et de rejoindre les jeunes là où ils en sont, afin de les faire grandir.
 
Le RASSO : As-tu puisé dans ton expérience de conseillère lorsque tu étais cheftaine de groupe ? Comment ?
J’anime des sessions sur la prévention de l’épuisement et la devise des loups est un vrai support. « Je fais de mon mieux », c’est tellement important dans notre société qui incite à la perfection ! Faire des efforts, Oui mais en acceptant ses limites. La pédagogie scoute prépare les jeunes à devenir des adultes solides, unifiés, et les différents conseils sont des lieux où on apprend à écouter l’autre. Ma formation de conseillère familiale et conjugale et d’assistante sociale m’a permis de privilégier l’écoute avant la prise de décision, tant avec les parents que les chefs, afin que chacun se sente compris et respecté, notamment lors de désaccords.
 
Le RASSO : Ton expérience de cheftaine de groupe a-t-elle nourrit ta vie professionnelle également, par le contact des jeunes et des parents notamment ?
Je dirais plutôt par le contact avec les chefs. Nous avons vécu, (je dis "nous" car mon mari était à ce moment-là chef de groupe aussi) de beaux moments en maîtrise et je remercie au passage tous les chefs de Sartrouville. J’ai aimé leur confiance, nous avions une belle collaboration. Ce lien permet de s’interroger, de s’interpeller pour que chacun à notre niveau, nous prenions les bonnes décisions. Le fruit des nos échanges intermaîtrises a permis que chacun dans son unité puisse se sentir porté par le groupe. Les échanges pédagogiques, les temps de prières, les moments conviviaux nous ont permis d’avancer, de progresser ensemble. Les temps forts comme Paray, les WE intermaitrise, les WE de groupe célébraient cette unité aux services des plus jeunes. Cela m’a donné envie d’aller plus loin. Je me suis donc inscrite au Seeonee et j’ai servi comme ACDL dans le Morbihan l’année dernière. Ce fut aussi une expérience très riche avec des chefs, là aussi, très attentifs à faire grandir les jeunes qui leur sont confiés.
Cela m’a permis de mieux appréhender les questionnements de cette tranche d’âge, leur fonctionnement, ce qui les anime, leurs codes aussi, afin d’ajuster et enrichir mes modules de formation pour mieux les rejoindre dans leurs réalités quotidiennes.
 
Le RASSO : Quels sont selon toi les bienfaits du scoutisme - en particulier à l’adolescence - dans la construction de la personnalité ?
Je suis émerveillée par la pédagogie scoute car, arrivée à l’âge adulte, j’en vois maintenant toute la pertinence. Le scoutisme répond au besoin d’appartenance à un groupe, au désir d’autonomie, pousse à la responsabilisation, développe la confiance et le sens de l’engagement, tout cela dans un cadre clair et sécurisant.
 
Le RASSO : Quels conseils donnerais-tu aux parents pour qu’ils puissent accompagner leurs enfants - en particulier les adolescents - dans leur engagement scout ?
  • Faire confiance : c’est-à-dire croire en la capacité de chaque enfant d’être acteur de sa vie et en la capacité des chefs de les faire progresser de manière bienveillante, même s’il y a parfois des maladresses
  • Ne pas "faire à la place de" : c’est-à-dire développer l’autonomie, en accompagnant au départ, pour renforcer la confiance en soi.
  • Ne pas faire intrusion, respecter l’intimité : c’est-à-dire être à l’écoute de son enfant tout en acceptant qu’il n’aura pas forcément envie de partager tous les détails de son aventure scoute,
  • Etre disponible (sans faire à leur place….) notamment quand son enfant est CP ou qu’il assure le poste d’action d’Intendant.
  • Les soutenir dans leur engagement, et la nécessaire fidélité associée, surtout dans ce contexte sanitaire qui offre tant de prétextes pour baisser les bras concernant l’assiduité.
 
Le RASSO : Le nom et la devise de ta patrouille ?
"Lion, toujours en action"
 
Le RASSO : As-tu une belle anecdote de CG ?
Lors du WE de groupe, en septembre 2020, nous avions emmené un bidon de 5L de gel hydroalcoolique et quelqu’un l’a pris comme un jerrican d’eau pour préparer une grosse gamelle de pâtes. Autant vous dire que les pâtes étaient immangeables et la gamelle bien désinfectée !
 
Le RASSO : Quelle figure t’inspire ?
Pier-Giorgio Frassati qui avait à cœur de vivre la prière dans l’amitié et l’amitié dans la prière. Sa devise "Verso alto" (Toujours plus haut) résonne bien avec la notion de progression inscrite dans la pédagogie scoute et notre appel à la sainteté en tant que baptisés.
 
Le RASSO : Une devise ?
Celle de mon engagement guide ainée « Par Ton Amour qui se déploie dans ma faiblesse, je porterai Ton Feu à mes frères »
 
Le RASSO : Un p’tit mot pour Le RASSO ?
Merci pour tout d’abord à ceux qui ont initié ce réseau générateur de liens et d’entraide. Je souhaite que plein de nouveaux ainés et anciens nous rejoignent et partagent leurs talents au profit du Bien Commun.
 
Bérengère de Charentenay est conseillère conjugale et familiale en Bretagne 
 
 
 
 



J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.