Actualités

Partager sur :
14 août 2020
Le mot du Padre

Il n'y a de fraternité véritable sans respect de l'altérité - Le Mot du Padre, par le Père Erwan de Kermenguy

Vue 117 fois
Dimanche 16 août - Is 56, 1.6-7

« Ma maison sera une maison de prière pour tous les peuples » dit Dieu. En évoquant ce rassemblement de tous les pays, je pense aux JMJ… ou plus localement à un Eurojam. L’Eglise a, par nature, une dimension universelle, et nous en faisons particulièrement l’expérience dans le scoutisme européen. Conscients du rôle des scouts dans la construction de la cité, les Guides et Scouts d’Europe ont posé dans leurs principes que « fidèle à sa patrie, le scout est pour l’Europe unie et fraternelle ».

L’unité dont il s’agit ici n’est pas la négation des différences : c’est en étant fidèle à sa patrie, que le scout pourra être artisan d’une Europe fraternelle et unie. Nous sommes attachés à nos cultures. Nos uniformes, au sein de la Fédération du Scoutisme Européen, manifestent certaines diversités nationales. Nos insignes rappellent aussi la diversité de nos provinces. Nos foulards nous invitent à aimer tel ou tel groupe particulier, auquel nous appartenons. Au fil de mes années à l’AGSE, j’ai eu l’occasion de croiser un certain nombre de scouts « Bleimor », attachés à la culture bretonne. C’est que l’unité dans le scoutisme ne saurait se faire au détriment des cultures propres. Il n’y a de fraternité véritable sans respect de l’altérité, car le propre du frère c’est qu’il n’est pas moi. Apprendre à aimer mon frère ce n’est pas le transformer en moi… c’est découvrir ce qu’il y a de juste et de beau en lui.

Connaître ses racines, son histoire, son identité est absolument nécessaire pour pouvoir aller vers l’autre. Celui qui est à l’aise avec sa propre histoire, peut sans peur s’ouvrir à l’autre, s’intéresser à lui. Celui qui se cramponne à quelques traits d’une identité fantasmée parce que méconnue, manifeste aussitôt de la peur vers celui qui vient d’une culture différente. La pédagogie scoute nous a invité à nous approprier notre patrimoine. Raids et explos sont autant d’occasions de s’ancrer dans un terroir, de faire siennes les églises romanes ou gothiques de notre pays, de s’initier aux traditions régionales (dont nos Hodari se font l’écho joyeux).

Ma maison sera une maison de prière pour tous les peuples, dit Dieu. Une juste diversité s’exprime dans les manières de prier, propres aux génies de chaque peuple. Mais en définitive, c’est en Dieu seul que se réalise l’unité du genre humain. Nous l’avons vécu dans nos années scoutes : pour franchir nos différences, il faut quelque chose qui nous dépasse. Un idéal commun, un cérémonial, une promesse permettent de dépasser bien des différences. Mais pour assumer toute l’humanité, dans ses cultures, dans son histoire, dans ses aspirations contradictoires, seul Dieu dépasse assez l’homme pour le réunir. Toute unité qui ne trouve pas son fondement en Dieu se fissurera tôt ou tard. Voilà pourquoi nous travaillons à établir le Règne du Christ dans notre vie et dans le monde qui nous entoure. Œuvrer pour une Europe unie et fraternelle, c’est aussi l’aider à puiser dans ses racines chrétiennes, pour porter aujourd’hui un fruit nouveau.

 

 
 
Père Erwan de Kermenguy, RS, 
Prêtre du diocèse de Quimper et Léon, en charge du patronage à Brest
Ancien Louvetau et scout à la 5ème Marine Brest
Ancien Routier au Clan Saint Paul de Versailles
Ancien CT de la Vème Versailles. 
Aumonier de la 1ere et 2ème Landerneau et du Clan Marcel Callo de Brest. 


Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.