Actualités

Partager sur :
26 septembre 2021
Le mot du Padre

La sainteté - Modèle soigné création FSE ? - Le Mot du Padre de l'Abbé de Kermenguy

« Vous savez faire du feu ? Ancien scout non ? » s’est exclamé un chef scout de France avec qui je discutait à la fin de la messe. J’attendais le moment où il me demanderait : de quel mouvement ? mais la question n’est pas venue. Combien de fois ne nous est-il pas arrivé en croisant des scouts sur un quai de gare ou dans une rue, de vivre un beau moment de fraternité scoute ? Je me souviens d’avoir entendu siffler l’appel scout, depuis une fenêtre en explo et d’avoir ainsi discuté avec un « aîné » qui avait bien 40 ans de plus que nous.

Pourtant, dès que l’on entend les scouts d’une troupe parler de la troupe voisine (ou d’une autre patrouille de la même troupe), la rivalité prend rapidement le dessus. Les réputations et les préjugés ont la vie dure ! Quant aux regards portés sur les scouts des autres mouvements… ils sont parfois bien loin de l’article 4 qui nous redit que « Le scout est l’ami de tous et le frère de tout autre scout »

Dans l’évangile, ce sont les apôtres qui font preuve de cet orgueil jaloux : « Seigneur, nous avons voulu empêcher des gens de faire des miracles en ton nom, car ils ne sont pas de notre groupe. » Ils ne sont pas des nôtres ! C’est une tentation assez humaine, mettre des barrières pour définir ceux qui en sont et ceux qui n’en sont pas, ceux avec qui je dois être en confiance et ceux dont je dois me méfier.

Au contraire, notre vocation nous appelle à l’universel (1Tm 2, 4 : Dieu veut que tous les hommes soient sauvés). Le Christ nous appelle à aimer tout homme. Et dans la loi scoute, nous nous sommes engagés à aimer tout homme, puisque nous voulons être « l’ami de tous ».

Dans le livre de l’Exode, l’histoire de Moïse comporte un récit étrange qui ressemble à l’attitude jalouse des apôtres. Alors que Moïse appelle 70 hommes pour le seconder, voilà que 2 d’entre eux refusent de se déplacer et restent au milieu du camp. Pourtant, ils reçoivent l’Esprit Saint eux aussi et se mettent à prophétiser, au grand dam de Josué. « Fais les taire, puisqu’ils n’ont pas voulu venir avec toi ! » Grande est la tentation de vouloir privatiser le bien, s’approprier la grâce. Les scouts n’ont pas le monopole du bien. Dieu sait que je suis convaincu par la pédagogie de l’AGSE, mais elle n’est pas la seule pédagogie chrétienne. La sainteté n’est pas un modèle déposé FSE ! (à l’inverse du sourire louveteau de la chanson)

Moïse invite Josué à se réjouir de l’action de l’Esprit Saint dans le cœur de ceux qui ont pourtant refusé de suivre l’ordre de Moïse. Puisse Dieu faire de tout ce peuple un peuple de prophète, poursuit-il. Il y a autour de nous des gens qui n’ont pas rejoint les rangs de l’Eglise, de même qu’il y a des gens qui ne partagent pas notre vision de la pédagogie scoute. Réjouissons-nous pourtant de ce qu’ils font de bon. Réjouissons-nous car l’Esprit Saint est capable d’agir au-delà des limites visibles de nos institutions humaines.

Le Christ invite les apôtres à se réjouir des guérisons faites en son nom par ceux qui pourtant ne le suivent pas. En effet, l’amour se réjouit du bien… même s’il n’est pas fait à ma manière et s’il ne porte pas ma marque. Dans un monde où le bien et le mal sont sans cesse mélangés, il importe de savoir repérer ce qui est bon, sous peine de jeter le bébé avec l’eau du bain. Nous rencontrons au quotidien des gens qui ne partagent ni notre foi ni nos valeurs les plus fondamentales. Mais il arrive qu’une attitude nous révèle qu’ils portent au fond d’eux quelque chose de plus grand. Tout homme en effet est à l’image de Dieu. Tout homme porte donc en lui la trace de sa vocation sainte. En tout homme, il y a au moins 5% de bon, aimait à dire BP.

« celui qui n’est pas contre nous est pour nous » réplique Jésus à St Jean (Mc 9, 40). Il ne s’agit pas de relativisme. Jésus sait être exigeant (deux versets plus loin il enseigne « si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la ! ») mais c’est l’amour qui permet l’exigence. C’est parce que Jésus sait prendre appui sur ce 5% de bon en tout homme, qu’il peut demander à cet homme de le suivre jusqu’à donner sa vie à son tour. L’amour est premier.

Veillons donc, chers frères scouts, à vivre toujours selon l’article 4 de notre loi. Soyons amis de tous, sans distinction. Sachons voir le bien chez les autres. Ce n’est pas une manière de relativiser ce que nous sommes et ce qui nous est cher. C’est au contraire la condition qui nous permettra de dire pourquoi nous suivons le Christ et pourquoi nous sommes Scouts d’Europe.

Si nous cessions d’aimer inconditionnellement ceux qui ne sont pas nous (et il y a quelques milliards d’humains à ne pas être Guides et Scouts d’Europe !), alors nous nous perdrions nous-mêmes. C’est là le paradoxe, je ne peux être Scout d’Europe qu’en aimant ceux qui ne le sont pas, sinon je trahi ma propre loi. Rappelons-nous que « la Route ne s’arrête pas à la frontière » !

 

 
Curé de Landerneau
CR Equipe Nationale Louvetisme
 



J'aime

1 Commentaire

Benoist MICHAUD (TPE 1re METZ)
Il y a 3 mois
Merci Padre Erwan pour ces mots inspirants ... Ma vocation c'est l'Amour !!!
E Ultreïa !

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer un article