Actualités

Partager sur :
20 septembre 2021
Le mot du Padre

Montrer sa foi à travers les actes - Le Mot du Padre par l'Abbé Christophe Liony

Vue 28 fois

« Mes frères, si quelqu’un prétend avoir la foi, sans la mettre en œuvre, à quoi cela sert-il ? … Montre-moi ta foi sans les œuvres, moi, c’est par mes œuvres que je te montrerai ma foi » Jc 2, 14.18

A en croire sa lettre, Saint Jacques aurait pu être le fondateur du scoutisme : « Moi, c’est par mes œuvres que je te montrerai ma foi ! » Cette déclaration ne traduit-elle pas en effet l’un des principes les plus fondamentaux du scoutisme ? Montrer sa foi à travers les œuvres aurait pu être une devise du scoutisme. D’ailleurs, St Paul qui aurait lui aussi pu être un bon chef scout (!), la reformulait à sa façon en parlant de la foi agissant dans la charité.

Que l’on en réfère à la promesse ou à la loi scoutes, il n’est question que d’action conforme aux valeurs de la foi : servir, faire de son mieux, aider, mériter confiance, être loyal, se faire l’ami de tous, obéir sans réplique, prendre soin des choses et des êtres, être pur… tout cela ne s’obtient pas en restant oisif ou en rêvassant, mais en posant des actes concrets… Comme le disait Sainte Faustine qui, elle aussi aurait pu être une bonne cheftaine (!) « Ô mon Jésus, je sais que c’est l’acte qui témoigne de la grandeur de l’homme et non la parole, ni le sentiment »

Aucune grande œuvre n’est accomplie sans engagement, sans promesse. A condition que cette parole fondatrice et nécessaire s’incarne jour après jour dans des actes.

Le scoutisme est justement une école où on apprend à être fidèle à une promesse en posant des actes : qu’il s’agisse de jeux, de sport, de service, de « concu », d’installations, l’important est de « faire de son mieux » dans l’esprit de foi et de fraternité de la promesse et de la loi. L’entrainement qui se vit à travers la vie du scoutisme a pour but de se prolonger ensuite dans la vie quotidienne : famille, école, travail, vie sociale et engagement associatif. 

Le Bienheureux Père Brottier disait : « le dire et le faire, ce sont deux mondes distincts ! Beaucoup sacrifient au premier, ne soyez pas de ceux-là et usez de la prière et de la grâce pour vous fortifier ! » La tentation est grande de se contenter de dire souvent la promesse et de bien connaître la loi, en transigeant sur le passage aux actes. Car la mise en œuvre est toujours le point difficile. Elle demande patience et humilité. Il ne faut pas se décourager dans cet exercice. Au contraire, il faut repartir chaque fois que l’on est tombé. Il faut recommencer, chaque fois que l’on a échoué. Il faut remercier, chaque fois que l’on a réussi. Il faut se pardonner chaque fois que l’on s’est blessé. Il faut demander pardon à Dieu chaque fois qu’on l’a offensé. Il n’y a pas d’autre façon d’avancer et d’apprendre à mettre en pratique nos promesses et nos engagements.

>> Lire aussi : Les vertus cardinales, par Soeur Marie-Isabelle

Chers amis, si Saint Jacques parle de foi, c’est bien parce que nous ne pouvons rien faire sans le secours du Christ. Nous sommes hommes et femmes créés pour recevoir sans cesse de Dieu notre vie, notre bien et notre force. Nous avancerons si nous n’avançons pas seuls. Nous avons besoin du Saint Esprit, nous avons besoin les uns des autres. Aussi, reprenons pour nous cette exhortation du Père Brottier : usez de la prière et de la grâce pour vous fortifier

Extrait de l’homélie du dimanche temps ordinaire 24 année B.

Abbé Christophe Liony
Conseiller Religieux à Courbevoie




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer une actualité