Actualités

Partager sur :
28 juin 2021
Le mot du Padre

" Me voici " - La Mot du Padre par Monseigneur Xavier Malle, évêque de Gap (+Embrun)

Vue 69 fois

Ce billet est volontairement daté du 11 juillet, la fête de Saint Benoit. En effet, beaucoup de camps d’été sont accueillis sur des terrains de camps d’abbayes ou proches d’abbayes, et certains scouts et guides peuvent bénéficier d’une journée monastique avec les moines ou les moniales. C’est une vraie découverte pour certains de cette vocation contemplative. Comme ancien scout, peut-être en avez-vous bénéficié ! Ce fut mon cas, avec un camp à l’abbaye de Randol, étape décisive de mon appel vocationnel. 

Fin juin est aussi la traditionnelle date pour les ordinations sacerdotales. 130 jeunes ont été ordonnés prêtres en 2021 en France ; ce n’est pas rien ! Beaucoup vont entrer en septembre en année propédeutique, année de discernement, ou au postulat de communautés monastiques et religieuses.

Dieu appelle toujours, et des jeunes répondent généreusement. Quelle suite magnifique du service routier et guide aînée !

Alors je voudrais m’adresser à vous leurs parents : la vocation sacerdotale ou consacrée d’un de vos enfants est un « don et un mystère », selon l’expression de saint Jean-Paul II. Il vous faut avoir une grande confiance en Dieu qui veut le bonheur de votre enfant. Et comprendre que la souffrance possible qui habite votre cœur vient d’un décalage dans le temps entre la perception de la vocation par les enfants et la perception de votre propre vocation de parents de consacrés ou de prêtres. Car je le crois, les parents de consacrés ont une vocation de parents de consacrés, mais ils ne s’en rendent compte souvent que plus tard. Au « me voici » que votre enfant prononcera, fera écho, un jour, votre propre « me voici ». Il réjouira votre cœur et celui de votre enfant. Je me souviens encore avec émotion de la lettre que ma maman m’a écrite et où elle me disait avoir dit elle aussi son « fiat ».

Accueillir une vocation dans sa famille demande un cheminement dans le temps, également pour les frères et sœurs. Le Séminaire dure au moins 7 ans, et le nombre d’années avant une consécration définitive autant ; cela permet la maturation de chacun.

La dimension d’offrande sera toujours en définitive source de joie. Remettre la vocation d’un enfant au Seigneur dans la prière (Marie gardait, méditait la parole en son cœur). Demander l’aide de l’Esprit Saint. Lui remettre toute inquiétude et lui confier les paroles et les actes de la vie familiale. Comme époux devant Dieu, s’appuyer sur la grâce du Sacrement de mariage pour être ensemble la bonne terre dont le Seigneur a besoin pour appeler au plus haut service de son Royaume. Je me réjouis vraiment pour vous chers parents.

 

 
Mgr Xavier Malle, évêque de Gap (+Embrun)
ancien louveteau, scout, routier, chef à Strasbourg
 
 



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer une actualité