Actualités

Partager sur :

[Parole d'Homme] Quelle mission pour l'homme ?

La vocation masculine est une vocation profondément paternelle, que l’homme soit un père biologique ou non. Nous exerçons notre mission paternelle dès que nous sommes en relation avec d’autres personnes. Cette vocation paternelle est la véritable épine dorsale constituant la stabilité de toute société humaine depuis des milliers d’années. Et c’est exactement ce que nous avons abandonné et ce que nous devons rétablir.

ADOPTER

Adopter du latin ad optare : « à choisir ». Le père biologique est aussi père d’adoption : il choisit d’accueillir et d’engager sa responsabilité paternelle.

ÉDUQUER

Éduquer du latin ex-ducere : « conduire hors de soi ». Nous parlons d’éducation humaine. La parole de l’homme est performative et aide chacun à la vie responsable. Cette mission éducative exige une grande cohérence de vie et exemplarité, et nous sommes souvent tentés de sous-traiter notre paternité à des spécialistes. Ce faisant nous nous soustrayons à notre mission universelle.

 

TRANSMETTRE

Trans : préfixe qui a en français le sens de « au-delà de », « à travers », et qui marque le passage ou le changement.
Le moyen de transmettre, c’est la parole qui prend source dans l’exemple. Transmettre implique humilité et dépouillement, car il faut soi-même être en mesure de trier ce qu’on veut transmettre et ce qu’on ne veut pas transmettre, en s’élevant au-dessus d’une réaction épidermique de sa propre histoire blessée.

Que transmettre ? Il s’agit de transmettre l’identité. Transmettre l’identité, c’est affirmer la spécificité de l’être humain et de sa dignité, puis la spécificité sexuée (homme ou femme) ; tout ceci ne pouvant être séparé des racines et de la filiation, manifestée dans une culture familiale qui se transmet de génération en génération.

Se représenter soi-même dans une filiation consiste à faire partie d’une chaîne transgénérationnelle remontant à la nuit des temps, c’est intégrer son enracinement géographique, historique et culturel. Je sais d’où je viens. L’enjeu de la transmission est un enjeu civilisationnel.

 

SÉPARER

Séparer : du latin se et pare : « désunir ». Dans tout acte de création, il y a séparation. Dans le processus de la vie biologique, les cellules se séparent pour se multiplier. Après la période de l’enfance durant laquelle la fusion mère-enfant est bonne, l’enfant doit quitter sa mère pour se préparer à partir du nid. Le père va aider l’enfant (et la mère) à couper le cordon fusionnel. Cette séparation permet à l’enfant d’intégrer son identité personnelle profonde, on parle d’individuation. La séparation d’avec la mère, qui est comme une naissance provoquée par le père, est un acte de naissance psychique.

 

BÉNIR

Bénir : du latin bene et dicere : « dire du bien ». Nous avons trois options dans nos relations : bénir (dire du bien, louer, féliciter, encourager, …), maudire (dire du mal, critiquer, juger, …) ou garder le silence (les taiseux, silencieux et autres lâches). A chacun de choisir ce qu’il fait de ses relations, ce qu’il fait de sa bouche.
Dans le cas de la filiation, la bénédiction est essentielle dans la construction de l’ossature psychique de la personne qui se trouve bénie. L’absence de bénédiction paternelle provoque une profonde blessure, que l’on soit fille ou fils. Et le fils devenu père ne se sentira plus légitime pour bénir à son tour son fils ou sa fille. Le silence des pères engendre des enfants tremblants, peu confiants, obsédés par le regard de l’autre, cherchant par tous les moyens des solutions de compensation.

Dire à un enfant « tu es fiable » renforcera sa fiabilité. Dire à un autre : « ta joie de vivre est contagieuse pour tout ton entourage » le rendra encore plus joyeux.

Dire à un enfant « tu es fiable » renforcera sa fiabilité. Dire à un autre : « ta joie de vivre est contagieuse pour tout ton entourage » le rendra encore plus joyeux. La bénédiction agit comme un enracinement des qualités dans le fond de l’âme.

Avec cette bénédiction, le père manifeste la confiance et la fierté envers son enfant, qui s’en trouve renforcé et armé pour la vie.

A chaque fois que j’avais un coup dur, j’ai repensé à ta parole de confiance

ENVOYER

Envoyer du latin inviare : « faire parcourir ». L’envoi est symbolique, disposant l’enfant devenu un adulte prêt au départ, à partir vivre son aventure personnelle (pas celle dont je rêve à sa place ni celle à travers laquelle je pourrai vivre mon propre rêve).
Je termine sur le précieux témoignage d’un ami : « Mon fils est parti en Iran en vélo. Il a traversé les pays, rencontré les peuples, tous des humains fantastiques. A son retour, je l’ai félicité en lui disant combien j’étais admiratif de son exploit, de sa persévérance et de son courage. Je lui ai dit combien j’étais fier de lui. Il m’a regardé, étonné, et m’a répondu : « tu sais papa, ce qui m’a donné envie de partir, c’est que lorsque je t’en ai parlé, au début tu étais réservé, et puis un jour tu m’as autorisé à partir. C’est ce qui m’a donné confiance et décidé à entreprendre ce voyage. A chaque fois que j’avais un coup dur, j’ai repensé à ta parole de confiance ».

Carl Rogers parle « d’expériences-sommet » qui œuvrent comme des piles à énergie instantanée. La bénédiction de ses enfants est l’une des plus puissantes de ces « expériences-sommet » à leur offrir.

 

Coach professionnel et délégué général Au Cœur des Hommes
Ancien de la 1e Coëtquidan
 
 

 




J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.