Actualités

Partager sur :

Sens du devoir ou enfer du devoir ?

14 février 2022 Progression personnelle

« Le devoir m’appelle ! » entend-on souvent, parfois sur le ton de l’humour, parfois de manière très sérieuse.
Mais de quel devoir parle-t-on ?
En fait, tout dépend de votre perception du « devoir ». Soit c’est une obligation, une charge, une corvée, une exigence, un impératif, soit vous le percevez plutôt comme une responsabilité, un rôle, un engagement, une mission. Et souvent les deux se mêlent, questionnant votre liberté. Si j'accomplis mon devoir, je me libère... Mais je ne suis pas libre si je suis obligé de faire mon devoir…
Alors quelle est votre vision du devoir ? Un appel contraignant qui vient de l’extérieur ? Ou un appel enthousiasmant venant de votre cœur ?
 
Du sens du devoir
Dans le scoutisme, le devoir est une conséquence des responsabilités que l’on y prend et de notre promesse. « On doit pouvoir compter sur ta parole de scout/guide » : le sens de l’engagement invite chacun à respecter la parole donnée et à faire son devoir scout. Celui-ci s’incarne par exemple dans la Bonne Action quotidienne et bien sûr dans la loyauté : « Le scout est loyal à ses parents, ses chefs et ses subordonnés », puis se poursuit à travers l’exemplarité d’un chef.
Pour aller un peu plus loin, le Ministère des armées définit ainsi le sens du devoir pour les militaires : « Plus qu’une qualité, le sens du devoir est un ressort qui pousse le chef à remplir les obligations attachées à son état et son statut, en particulier dans des circonstances inhabituelles ou difficiles. Le sens du devoir peut être défini comme un impératif de conscience qui pousse le chef à commander et à agir pour remplir la mission ou atteindre l’objectif fixé. Il n’est pas fonction du degré d’autorité ou du niveau des responsabilités exercées, mais il est lié à l’engagement du chef à servir et à agir selon un code, des règlements et une éthique du commandement.» (www.defense.gouv.fr)
Bref, « disponibilité, discipline et désintéressement : faire « ce que l’on doit, non ce qu’on veut », sans rechercher les honneurs. »
 
Avoir le sens du devoir
Certains ont ce sens inné du devoir, ils ont le sens des lois universelles et de valeurs morales et sont naturellement loyaux, fiables, responsables. D’autres préfèrent obéir à ce qui leur procure du plaisir et de la joie et renoncent à toute forme de contrainte extérieure qui leur paraît entraver leur liberté. Dans les deux cas, l’excès est dommageable. Comme souvent, un juste milieu est donc à trouver.
Jusqu’où obéir à son devoir ? Voilà quelques questions d’introspection pour rester vigilant afin que le devoir ne prenne pas toujours le pas sur le plaisir :
  • Est-ce que je m’autorise à lâcher-prise, à me détendre, à profiter du moment présent avec mon entourage ou mon devoir prend-il systématiquement le pas sur le plaisir, au risque de paraître austère, rigide ?
  • Mon devoir est-il un prétexte pour fuir, échapper à une autre réalité moins gratifiante ?
  • N’ai-je pas, du fait des différentes facettes de ma vocation, plusieurs devoirs. Lequel doit primer ?
 
Comment discerner son devoir ?
« Le devoir du scout/de la guide commence à la maison ». Il arrive que notre travail, notre engagement scout ou associatif paraisse bien plus stimulant ou valorisant à nos yeux… et prenne le pas sur une place à tenir chez soi. Il est bon alors de se rappeler la hiérarchie des priorités parmi ses devoirs.
 
Dans un précédent article « Vie pro / Vie perso : faut-il un équilibre ? », j’avais déjà évoqué la question centrale du devoir. Voilà à nouveau, pour mémoire, la signification du devoir d’état tel que le présente le site Alliance St Jean-Paul II :
« Que signifie faire son devoir d'état ?
Par devoirs d'état on entend : les obligations particulières que chacun a par suite de son état (marié, célibataire, père, mère, fils, fille), de sa condition, et de la situation qu'il occupe (au travail). (Grand catéchisme de St. Pie X, Titre III, chapitre V)
 
Le « devoir d'état » : c'est l'obligation de faire quelque chose parce que je suis qui je suis : créature, conjoint, enfant ou parent, mais aussi citoyen, patron, employé. Il s'agit d'accomplir son devoir d'état avec amour et cela constitue un chemin de sanctification.
 
Devoirs d'état envers Dieu ;
puisque par état, nous sommes ses créatures.
Devoirs d'état envers nos parents ;
puisque par état, nous sommes leurs enfants.
Devoirs d'état envers notre conjoint ;
si, par état, nous sommes mariés.
Devoirs d'état envers nos fils et nos filles ;
si, par état, nous sommes père ou mère.
Devoirs d'état envers la Cité, la patrie ;
puisque, par état, nous sommes membres de ces communautés.
Devoirs d'état professionnelsDevoirs d'état amicaux.
Devoirs d'état de bon voisinage... »
 
La question peut donc être : « que dois-je faire ? » et aussi « quelle est la hiérarchie de mes devoirs d’état ? ». Donc qu’est-ce qui est aujourd’hui prioritaire parce que fondamental et/ou urgent selon mon état de vie ?
 
Devoir subi ou devoir choisi ?
Par ailleurs, lorsque vous utilisez l’expression « Je dois faire ceci » ou « Il faut que… », posez-vous systématiquement 2 questions :
  • … sinon quoi ?
  • Qu’est-ce qui vous impose ce devoir ? D’où vient cette injonction ou éventuelle croyance d’être obligé de… ?
De même si vous faites partie de ceux qui répondent souvent : « Je ne fais que mon devoir », sous-entendu : j’obéis avec abnégation, voire de façon impersonnelle et passive. Demandez-vous pourquoi !
 
Les Equipes Notre-Dame recommandent aux couples mariés le fameux « Devoir de s’asseoir » (DSA) mensuel. Mieux qu’une obligation, il s’agit plutôt d’instaurer une discipline de vie de couple comportant a minima un temps d’échange en vérité par mois, sous le regard de Dieu. Cette proposition du DSA comme règle garante de la communication au sein d’un couple est-elle un devoir contraignant ou enthousiasmant, selon vous ?
Car finalement, tout cela est une question de choix et de disposition intérieure ! Alors, pour conclure, rappelez-vous cette phrase de l’Evangile : « Aimez-vous les uns, les autres ! » car c’est un des rares commandements du Christ, le devoir de tout chrétien, le devoir qui sublime tous les autres 😉
 
Coach professionnelle, consultante et formatrice
RS et Commissaire de District Manche




3
J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer un article