Actualités

Partager sur :

Une année pour suivre les rois ! - Le mot du Padre de l'Abbé Raphaël Cournault

02 janvier 2022 Le mot du Padre

Au début de chaque année, l’ambiance est aux vœux, à la liste des bonnes résolutions. Qui décide de se mettre au sport véritablement, qui décide de ne plus grignoter… Et à grand coup de bisous baveux, on se souhaite le meilleur pour l’année qui démarre. Et bien j’ai une prophétie à vous faire, cette année sera belle ! Elle sera belle car le Christ nous y précède et nous y attend. Nous n’avons qu’à le chercher et Le suivre tout au long de cette année, c’est la condition de sa réussite. Le problème, c’est que bien souvent nous prêtons plus d’attention au COVID, à nos soucis, à nos milles occupations plutôt qu’à Jésus. D’autre part Jésus est plutôt discret mais c’est une marque de fabrique chez lui. Nous aussi nous pourrions passer notre année en passant à côté de lui, une année sans lui prêter attention, une année ratée en somme. Heureusement l’Evangile nous offre des guides qui ont trouvé le messie, qui n’ont pas raté la crèche : les rois mages.

 

Avec eux il faut commencer par partir de chez soi pour suivre l’étoile. Quitter son confort, sa sécurité. Comme chaque départ en camp demande un effort particulier, surtout sous la pluie ou dans le grand froid, la vie chrétienne demande un effort. Partir ! comme Abraham, partir de chez soi pour chercher Dieu, car il n’y a pas de vie spirituelle sans cette décision de quitter son confort pour la grande aventure. Partir sans savoir où l’on va et c’est bien souvent parce qu’on ne sait pas où l’on va que l’on sait que nous sommes dans la vérité. Mais attention, ils ne partent pas le nez au vent, ils partent tendus vers un but, un but que l’étoile leur indique, c’est vague une étoile mais c’est suffisant pour partir. Avez-vous décidé de suivre le Christ cette année ?

 

Avec eux il faut affronter les obstacles et déjouer les embuches semées par Hérode. Vous imaginez bien que ce chemin ne s’est pas fait sans encombre. Ils partent d’Orient, de l’Orient lointain, ils ont dû en traverser des déserts, ils ont dû éprouver le manque, ils ont dû avoir la tentation de retourner chez eux. En effet, à partir du moment où vous choisissez de vous mettre résolument en marche à la suite du Christ, attendez-vous à rencontrer des obstacles, les rois mages eurent à déjouer les ruses du renard Hérode et nous nous aurons à déjouer les ruses de celui qui ne veut pas que nous arrivions au Christ, l’ennemi du genre humain, Satan. C’est lui qui toute au long de l’année cherchera à nous décourager. « A quoi bon ? » « Tout le monde fait cela », « c’est peine perdue… ». Il va frapper là où nous sommes faibles, nous faire miroiter des illusions (c’était mieux avant !).

 

Avec eux il faut chercher puis adorer. Chercher ; cela veut dire questionner. Et il n’y a pas de vie chrétienne sans questionnement. 1000 questions n’ont jamais fait un doute.

Notre foi n’est faite ni de certitudes mathématiques ni de doute, elle est faite de questions et de confiance car le doute et la certitude nous rendent totalement rigides, immobiles tandis que les questions et la confiance nous poussent en avant, nous mettent en mouvement. 

Mais il ne suffit pas de poser quelques questions et de cherche vaguement il faut encore avec les mages aller jusqu’à Adorer. Quand ils entrent dans la crèche, ils délaissent tout et ne pensent qu’à l’enfant. Même les présents qu’ils apportent ne sont dirigés que vers l’enfant dont ils reconnaissent déjà tous les traits :  Ils célèbrent sa royauté en offrant de l’or. Malgré la pauvreté de l’accoutrement de la sainte famille ils discernent le véritable Roi de Jérusalem « le prince de la paix » celui dont « le règne n’aura pas de fin ». Ils célèbrent sa divinité en offrant de l’encens : symbole de la prière qui monte vers le ciel et de la bonne odeur du Christ.

Ils célèbrent déjà sa mort en offrant de la myrrhe, parfum précieux avec lequel on embaumait les morts. Lorsqu’ils adorent, ils ne viennent pas d’abord avec des cadeaux qui leur ressemblent. Ils viennent avec des cadeaux qui parlent de lui. Adorer c’est d’abord se laisser illuminer par le Christ, c’est le regarder, le contempler et reconnaître ce qu’il est vraiment… D’ailleurs quand les mages entrent dans la crèche, nul discours sur leur origine, leurs problèmes ou leurs joies mais leurs gestes parlent : ils se mettent à genoux, contemplent le roi et offrent leurs présents. C’est peut-être cela le secret de la prière.

 

Que l’attitude des mages qui partent, affrontent, cherchent et adorent puisse être notre ligne de conduite pour 2022 !

 

Abbé Raphaël COURNAULT, RS




J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.