Actualités

Partager sur :
01 décembre 2020
Vie professionnelle

Comment valoriser son expérience scoute sur son CV ?

Vue 869 fois
Beaucoup de jeunes n'osent pas évoquer leur expérience scoute dans ce cadre, d'autres oublient de le mentionner, laissant alors une occasion de valoriser les talents et compétences professionnelles qu'ils ont pu acquérir grâce à leur engagement de chef ou cheftaine.
Entre l'exhaustivité de son parcours scout (louveteau, éclaireur, routier, chef en passant par CP, les CEP, les principaux faits d'armes…), les reformulations hasardeuses (bénévolat dans une association de jeunesse populaire) ou l'oubli complet, quel est le bon choix ?
 
Depuis la création de mon entreprise, j'ai choisi de prendre en charge des stagiaires dans le cadre de leurs études. C'est un choix cohérent qui demande de faire confiance, prendre du temps pour les former, leur transmettre des connaissances et des compétences, etc...
Je constate que les stagiaires ayant une solide expérience du scoutisme (au minimum CP sinon chef et cheftaine) étaient plus débrouillards et plus rapidement autonomes.
Il me semble qu'un des facteurs d'autonomie est la confiance en soi. Ainsi, au-delà de la sympathie éprouvée à la lecture d'une expérience scoute, c'est aussi une compétence que je découvre dans le CV.
  
1 – Recruter est discriminant.
Dans le cadre du recrutement, la première étape consiste à trier les CV reçus et d'en éliminer un certain nombre. Puis, les CV sélectionnés seront étudiés plus précisément avant de rencontrer une sélection de candidats et enfin de faire le choix de la personne recrutée. Dans cette première étape, les compétences sont scrutées et permettent d'éliminer ceux qui ne semblent pas avoir celles attendues.
Dans un deuxième temps, le recruteur doit donc faire le choix entre plusieurs candidats qui disposent tous des compétences attendues. Ce ne sont donc pas forcément des critères objectifs qui permettront par la suite de retenir le candidat idéal et notamment de répondre aux questions suivantes : Comment va-t-il s'intégrer dans l’équipe ? Sera-t-il un collaborateur loyal ? La relation avec son supérieur hiérarchique sera-t-elle sereine, complice ou conflictuelle ? Est-ce une personne fiable sur le long terme ?
Pour y répondre, le recruteur va s'intéresser au parcours, aux attitudes... C'est alors que le scoutisme peut devenir un élément favorable ou défavorable au candidat.
 
2 – Recruter, c'est aussi un choix fait par le candidat
En choisissant de mettre en avant son expérience dans le scoutisme, le candidat doit avoir conscience que cela aura certainement une influence au cours d'un processus de recrutement.
Imaginons une entreprise dont le patron est hostile au scoutisme. La vie en entreprise, c'est aussi une vie sociale durant laquelle nous pouvons partager au-delà des compétences dans l’équipe. Est-il possible de s'épanouir dans un lieu de vie qui est en opposition avec son être ? Mieux vaut peut-être ne pas être recruter dans cette entreprise en ayant à cœur une certaine « unité de vie », sauf à vouloir faire rayonner les valeurs du scoutisme en « milieu hostile » mais dans ce cas, en avoir l'envie et le courage.
 
La vie en entreprise, c'est aussi une vie sociale durant laquelle nous pouvons partager au-delà des compétences dans l’équipe.
 
 
3 – Ne pas compter sur un recrutement affinitaire
En effet, il est toujours agréable d'entendre « moi-même ancien chef de la Xème, je sais que grâce au scoutisme vous savez exercer des responsabilités et que, de plus, vous serez loyal ; aussi je vous engage… ». Mais il est beaucoup plus probable que le recruteur vous dise : « c'est bien je vois que vous avez fait du bénévolat… ». Aussi, il est important de savoir présenter tant dans le CV qu'en entretien à la fois quelques principes du scoutisme qui trouveront un écho favorable au sein de l'entreprise mais aussi de s'être préparé et de savoir valoriser les compétences acquises grâce à son expérience scoute, exemples concrets à l'appui.
Pour se faire, vous pouvez vous appuyer sur la « Grille de valorisation de compétences d’un chef », qui vous permettra de vous auto-évaluer, de prendre conscience des compétences acquises grâce à votre service et de savoir les formuler de manière convaincante et objective, illustrée de différentes expériences.
 
 
4 – Le CV doit refléter ce que vous êtes
Il n'existe pas de méthode infaillible pour créer un bon CV. Votre CV doit vous ressembler. Les éléments ci-dessus doivent nourrir votre réflexion afin de construire le message que vous souhaitez faire passer grâce à votre CV.
 

Thierry Villemagne
Gérant d'Humanem, organisme de formation
"Je dois beaucoup au scoutisme : ma construction comme homme, la rencontre avec Cécile, mon épouse, la découverte de la joie de servir et aujourd’hui cela me nourrit comme gérant d’une entreprise de formation et alimente la réflexion d’HUMANEM Formation sur l’homme au travail."



2 Commentaires

Gabrielle SCHERRER (FEU DIST VERSAILLES EST PSEVIN)
Il y a 4 mois
Merci pour votre article. Vous mentionnez une "Grille de valorisation de compétences d un chef". Où peut-on la trouver ?
Delphine BROSSEAUD (GPE 4e COURBEVOIE)
Il y a 4 mois
Bonjour Gabrille,
La grille est maintenant téléchargeable en PDF en cliquant sur le lien « Grille de valorisation de compétences d?un chef » dans l'article.
Elle est accessible aux membres connectés.
Côté pratique, c'est un PDF qui peut être complété avec des cases à cocher et des exemples d'expériences concrètes à remplir. Vous n'avez plus qu'à enregistrer le PDF ensuite !

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.