Actualités

Partager sur :
08 décembre 2020
Vie professionnelle

Activités extra-professionnelles - Comment les présenter dans un CV ?

Vue 232 fois
A l'heure de la crise sanitaire et des conséquences très difficiles sur l'emploi, le scout a un avantage sur ses concurrents pour prendre un poste : son savoir-être. Nous en avons parlé dans un article au sujet de la génération Z, le savoir-être va faire la différence en entretien. Pourtant, il faut préalablement avoir franchi le filtre « épluchage des CV » et là, il faut faire la différence avec 10, 20 ou 100 autres CV. A compétences égales, ce sont notamment les activités extra-professionnelles qui démarqueront le scout (voir notre article sur « La place du scoutisme dans un CV »).
 
Le scout a un avantage sur ses concurrents pour prendre un poste : son savoir-être. 
 
Si vous êtes candidat :
Bien sûr, il faut mentionner votre expérience en tant que scout, que vous ayez été chef de patrouille, assistant chef de troupe, chef de troupe, chef de groupe ou commissaire. Vous avez toutefois peu de place pour en parler. Il faut donc bien choisir ses termes. Le premier conseil est de le faire en fonction du poste pour lequel vous postulez. Si vous visez un poste managérial, il faut évoquer le nombre de personnes managées, les objectifs et les projets mis en œuvre. Si vous postulez sur un emploi technique, il faut faire ressortir des aspects techniques de votre expérience (gestion des aspects sanitaires, logistiques, événementiels, ressources humaines, sécurité, administratifs). Vous pouvez vous aider en cela de la « Grille d’évaluation des compétences d’un chef » mise à votre disposition par LE RASSO pour vous aider à évaluer les compétences acquises grâce à votre expérience scoute.
 
Au-delà de cette expérience scoute, comme tout le monde vous avez pratiqué un sport, vous aimez la lecture, le théâtre, la voile, le golf, les voyages, un instrument de musique… Alors soyez précis : au golf vous êtes handicap 8 ; en lecture vous aimez Stephen King ou Maurice Barrès ; au théâtre vous aimez Don Juan ou Gaspard Proust ; en voile vous skippez un catamaran sur l'océan ou un dériveur en Méditerranée ; si vous voyagez, vous êtes allés à Lisbonne, à Vienne, à Samarkand et non au Portugal, en Autriche ou en Ouzbékistan ; si vous jouez d’un instrument, vous faites partie d'un orchestre ou d'un groupe et vous vous êtes produit dans un festival, une maison de retraite ou dans des événements familiaux.
 
Et puis vous avez des passions insolites. Vous êtes timide et vous pensez qu'il ne faut pas en parler sur un CV ? Vous ne savez tout simplement pas comment les évoquer dans votre CV ? Pourtant, vous y consacrez du temps et vous aimez en parler aux autres ; les autres reconnaissent que votre passion est intéressante. Alors, il ne faut pas hésiter ! Vous aurez des choses à communiquer en entretien avec le recruteur et également autour de la machine à café ou autour d'un café virtuel en période de confinement. Donc vous aimez les insectes, la corrida, le wingsuit, les thés chinois, la gym suédoise ? Parlez-en !
 
Un candidat qui n'a pas mentionné d'activité extra-professionnelle peut paraître comme un candidat « no life ». Si vous voulez entrer dans une entreprise et ne pas avoir de vie privée, vous passerez sans doute le filtre, mais vous aurez ensuite de bien mauvaises surprises ! Parler de ses activités et être éliminé du processus sur ces activités, c'est certainement le signal que cette entreprise n'était pas la bonne pour vous.
Les mots ont leur importance : un recruteur cherche souvent sur des bases de données par mots-clés. Si les mots « contrôle de gestion », « management », « électromécanique », « C++ », « java », « langue russe » peuvent servir de clés pour des recherches, il y a aussi des mots qui traduisent une personnalité : « écoute », « pédagogie », « volontariat », « bénévolat », « discernement », « engagement », « scoutisme », « exigence », « gratuité ». Certains recruteurs vont croiser des mots-clés relevant de la compétence professionnelle avec des mots-clés relevant de la personnalité pour obtenir une sélection de professionnels qui ont a priori des qualités humaines. C'est à travers les activités extra-professionnelles que vous pourrez mettre en avant ces qualités humaines et entrer dans les sélections de CV.
 
Parler de ses activités et être éliminé du processus sur ces activités, c'est peut-être le signal que cette entreprise n'était pas la bonne pour vous.
 
De grands patrons d'entreprise, comme Emmanuel FABER (PDG de Danone), ont donné un cap pour le XXIème siècle qui est celui de la justice sociale. Le scout n'est pas seulement un spectateur de la justice sociale qui applaudit aux beaux discours, il a été acteur de la justice sociale tout au long du XXème siècle et il est donc aux avant-postes. C'est à travers ses activités extra-professionnelles affichées (dans un CV) et assumées (lors d'un entretien) qu’il s’identifie comme acteur de cette justice sociale dans le monde du travail.
 
Si vous êtes recruteur :
Alors vous n'aurez pas lu les conseils qui précèdent… :) 
Vous vous laisserez surprendre par l'expérience scoute, mais il faudra approfondir pour savoir si le scoutisme a été une posture mondaine (l'intérêt, c'est le réseau ; la difficulté, c'est de mesurer l'épaisseur humaine) ou s'il s'agissait d'un engagement pour faire progresser une unité (l'intérêt, c'est la pédagogie, le sens du service).
Vous vous intéresserez aux passions communes qui sont mentionnées avec l'originalité et la précision qu'y a mis le candidat.
Vous découvrirez des passions dont vous ignoriez l'existence, parce que ce sont les passions d'une génération qui n'est pas la vôtre et vous vous enrichirez de ces nouveaux phénomènes ! 
 
Par Armel Garnier, conseiller en recrutement dans les secteurs de l'énergie, l'armement, le transport, la logistique et l'associatif à international



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.