Actualités

Partager sur :

LE PORTRAIT DU RASSO Nathalie Barbazanges

14 décembre 2021 Les portraits du RASSO

 Qui êtes-vous ?

Je m´appelle Nathalie Barbazanges et j´ai 45 ans. Actuellement j'habite à Toulouse.

 

Quel est votre parcours scout ?

Avant de répondre à votre question, je souhaite dire que, dans l´éducation que j’ai reçue, le scoutisme a eu une place primordiale car mon père a été scout et chef scout passionné aussi longtemps que cela lui a été possible. Maman, elle, ne connaissait rien au scoutisme mais mon père a su la motiver. Lorsque mes frère/sœurs et moi avons grandi et que nous étions scout et guides, maman a servi, selon ses talents, en étant très longtemps la fidèle secrétaire de tous les échelons du mouvement !

 

J´ai un parcours scout gruyère ! C´est à dire à trous : j´ai fait quelques mois de louvetisme avant que ma famille ne parte vivre à l´étranger. Lorsque nous sommes rentrés, j´ai été guide 2 ans à la compagnie 2ème Arles (elle n´existe plus aujourd´hui) puis 2 ans à la PL de Barbentane. Puis j´ai de nouveau fait une pause pour passer mon bac : il m´aurait en effet été difficile de cumuler le lycée et le fait d´être CP d´une PL. Une fois celui-ci en poche,  j´ai été Akela de la 1ère Carpentras pendant 2 ans.

 

Ce sont les meilleures années de ma vie. Je n'ai pas forcément gardé de contacts avec les autres guides car j'ai beaucoup déménagé mais la pédagogie scoute m'a marquée de manière indélébile.

 

 Vous avez lancé « Les Tabliers Solidaires », qu’est-ce que c’est ? 

Les Tabliers Solidaires, c´est une association loi 1901 crée le 25 mai 2021 dont les objectifs sont de favoriser l´insertion professionnelle des femmes, de lutter contre le gaspillage alimentaire, de rendre accessible le mieux manger au plus grand nombre et de développer des activités et évènements autour de la cuisine et / ou au bénéfice des femmes.

 

La première action de cette association est le lancement d'un Atelier Chantier d´Insertion en cuisine dans lequel nous accueillerons des femmes éloignées de l´emploi. Cela leur permettra de reprendre contact en douceur avec le monde du travail grâce à un contrat à temps partiel couplé d'un accompagnement socio-professionnel. Un des buts de cet accompagnement est d'aider la personne en insertion à dessiner un avenir professionnel qui lui plaise.

Notre Chantier d´Insertion a été conventionné le 21 octobre 2021 et accueillera ses premières salariées en insertion avant la fin du mois de novembre.

 

Afin de lutter contre le gaspillage alimentaire, nous cuisinerons autant que faire se peut des invendus alimentaires.

 

Et dès que nous aurons atteint l'équilibre financier, nous vendrons une partie de la production à petit prix pour permettre à ceux et celles qui ont de petits moyens financiers, de mieux manger.

 

 Pourquoi vous être lancée dans ce projet ?

Après mes études d´histoire, j´ai bifurqué vers l'hôtellerie-restauration qui m´a permis d´assouvir ma soif de service - désir de servir qui, sans aucun doute, a été instillé en moi par le scoutisme !

J´ai travaillé dans ce secteur 20 ans dans 4 pays : en France bien sûr, en Italie, en Roumanie et en Autriche. Dans chaque pays, j'ai découvert de nouvelles chose et j´ai développé de nouvelles compétences. En Roumanie, j´ai été sensibilisée à la cause des femmes et surtout des jeunes mères de famille qui doivent choisir entre être pauvres car elles ne trouvent pas de travail qui soit compatible avec leurs obligations familiales ou travailler et laisser très souvent leurs enfants seuls à la maison ou dans la rue.

Les métiers de la restauration se sont avérés être une bonne solution pour ces femmes. C´est la raison pour laquelle je me suis formée dans la formation pour adultes afin de pouvoir les accompagner.

En 2018, de retour en France, j´ai fait une pause qui m´a permis de me rendre compte que l'hôtellerie-restauration restait ma vocation professionnelle. J´ai aussi découvert que de nombreuses femmes en France sont face au même dilemme que les Roumaines. J´ai donc fait le pas de me lancer dans la création des Tabliers Solidaires.

 

 Votre expérience scoute, une inspiration, une aide dans cette aventure entrepreneuriale ? 

 

Je dirais que c'est la foi qui est une inspiration dans mon projet mais comme c´est grâce au scoutisme  que j´ai trouvé la manière de vivre ma foi au quotidien, le scoutisme est donc aussi fondateur dans ce projet !

 

 Plus largement, que vous apporte le scoutisme dans votre vie quotidienne ?

Il y a plusieurs aspects du scoutisme que je continue à vivre de manière plus ou moins consciente :

*l'importance de la cohérence entre les principes que l'on a et dont on parle et la vie que l'on mène

*le souci du plus jeune : la signification dans le salut scout du pouce qui couvre l'annulaire : le plus fort protège le plus faible. De là découle l'autorité comme "service"

*la pédagogie de la formation continue avec l'acquisition des badges, des classes + ce texte de Michel Menu publié en 1955 : "Si tu veux être chef un jour, pense à ceux qui te seront confiés, si tu ralentis, ils s'arrêtent..."

*le dépassement personnel, le mien et celui des personnes que j´accompagne : chacun peut toujours apprendre quelque chose de plus ou tirer du bon d´une expérience moins bonne

*et savoir s'émerveiller des choses simples : la beauté de la nature, le bon gout des produits simples : le pain, les légumes

 

 Le nom et la devise de votre patrouille ? 

 Criquet chante la joie

 

 Une citation ou une devise qui vous guide ?

 Une phrase de Don Bosco: un saint triste est un triste saint

 

Ce dont vous êtes la plus fière ?

 C´est difficile à dire : peut-être d´avoir dépassé les difficultés de la vie et d´avoir su en faire un moteur pour aider d´autres femmes à donner à leur tour le meilleur d´elles-mêmes.

 

Vos conseils pour ceux qui souhaitent se lancer dans l’entrepreneuriat social ? 

S´entourer, ne pas vouloir tout faire tout seul. Commencer tout petit –un saint disait : « N’oublie pas que tout ce qui est grand, sur terre, a commencé par être petit. — Ce qui naît grand est monstrueux et meurt ».

Je conseillerais aussi d´interroger ses motivations avant de se lancer. Car si elles ne sont pas à toute épreuve et basées sur l´amour du prochain, elles risquent de ne pas résister aux aléas de tout entreprenariat. Par contre si elles sont solides, alors foncez !

 

Le RASSO, c’est quoi pour vous ? / Un petit mot pour Le RASSO ? 

Le Rasso c´est une manière de maintenir vive la flamme de ma promesse et donc du service. Comme j´ai d´autres engagements qui ne me permettent pas de m´investir dans le mouvement, je suis devenue bénévole au Rasso et je rends ainsi un peu de ce que j´ai reçu.

 

Comment Le RASSO peuvent-ils vous aider dans votre projet ?

Comme tout ce qui commence, nous avons besoin de gagner en visibilité sur les réseaux sociaux et grâce à notre site.

Nous devons aussi élargir le cercle des entreprises de la région toulousaine dans lesquelles nos plats à des prix de marché seront vendus.

Nous cherchons aussi un local, situé si possible dans un quartier prioritaire (QPV) de Toulouse pour installer nos locaux définitifs.

 

Un mot pour la fin ? 

Je copie quelques phrases du Pape François aux jeunes, mais cela s'applique à tout le monde :

- « N´enterrez pas vos talents, n´ayez pas peur de rêver à de grandes choses. » (24 avril 2013)

- « Je vous demande d´être les bâtisseurs du futur. Mettez-vous au travail pour un monde meilleur. Chers jeunes, s´il vous plait : ne vous contentez pas d´observer la vie depuis « votre balcon », immergez-vous en elle !  Jésus n´a pas observé la vie de l´extérieur, il s´y est plongé. Engagez-vous, vous aussi, dans votre vie. T´es-tu déjà demandé : par où devons-nous commencer à changer ? Eh bien, Mère Teresa a répondu à cette question : par toi et par moi. Soyons les protagonistes de la construction d´un pays plus juste. » (5 juin 2015)

 




J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer un article